Archives de l’auteur : AnimeurWeb

Yoga thérapie

Article du Dr Bhole 25/07/11

Introduction
I. 1 ) Qu’est ce que la yoga thérapie ?
La yoga thérapie aide l’individu à établir le contact, l’union avec le soi.

. 2) Comment établit-on l’union avec le soi ?
Le contact avec le soi peut s’établir à travers son corps, sa respiration, ses émotions, ses états sentimentaux, ses pensées et comportements.

. 3) Ne sommes-nous pas déjà en contact avec ces éléments au quotidien ?
Oui, et ceci quelque soit notre contact/union avec le monde extérieur ou avec l’intérieur du corps. Le processus d’union permet de décharger les effets de nos obligations et responsabilités dans la vie professionnelle, familiale et sociale, et dans nos loisirs. Sinon, on développe des troubles fonctionnels aux différents niveaux de l’existence provoqués par l’expérience du stress, de tensions, des troubles, d’inquiétude, de frustration, de dépressions etc. qui rendent l’individu davantage vulnérable aux infections et aux troubles organiques.

Comment travaille-t-on en Yoga thérapie ?

II. 1) Travailler avec le soi au niveau du corps
    a – faire l’expérience des différentes parties du corps au repos
Pratique : shavasana, expérience et explication

b – apprendre à relâcher les tensions (superficielles et profondément installées) à travers des positions corporelles simples évoluant vers la posture.
Dans notre activité quotidienne, divers groupes de muscles sont mobilisés pour diverses motivations et pensées, décisions et ambitions. Ils tendent à développer des tensions, spasmes, tremblements, rigidités s’ils ne sont pas détendus de manière efficace.
c – En yoga, on étire différents muscles à travers des positions corporelles simples menant à la « posture » (asana) tandis que les groupes de muscles opposés sont maintenus dans un état de relaxation relative.
Pratique : travail avec les muscles de la jambe (partie passive) avec l’aide des muscles des bras (partie active). Pratique, expérience, feed back.

d – Prendre le rôle de spectateur (drashta). On apprend là à prendre le rôle d’observateur, d’expérimentateur/spectateur des événements qui se déroulent dans les muscles de la jambe (partie passive).
e – travail dans d’autres parties du corps : colonne vertébrale, bras, jambes, cou, etc. dans la position allongée, debout, assise.
f – explication sur le tonus musculaire comme état non perturbé de soi au niveau du corps.

II. 2) Travailler avec le soi au niveau de la respiration
1. a – faire l’expérience de sa respiration
b – quelle est votre expérience de la respiration, à travers les mouvements de l’air et les mouvements du corps ?
c – relations entre les mouvements de l’air et les mouvements du corps

2. a – faire l’expérience des mouvements de la respiration dans les différents espaces du tronc (de 8 à 20 espaces distincts)
b – comprendre les modalités des mouvements respiratoires

3. a – influencer/agir sur les mouvements respiratoires à travers des positions corporelles simples évoluant vers la posture en relation avec les segments horizontaux et les plans verticaux du corps.

4. a) comprendre la nature des mouvements respiratoires volontaires
– durant une longue inspiration volontaire
– durant une longue expiration volontairE
b – réaliser la nécessité et l’importance de corriger les mouvements respiratoires volontaires s’ils sont erronés
c – faire l’expérience du corps comme cavité en relation avec la respiration avec son remplissage et vidage
d – faire l’expérience des mouvements respiratoires et du remplissage/vidage de l’espace du corps dans différentes positions allongées
e – explication, si nécessaire, sur l’importance thérapeutique de travailler avec les mouvements respiratoire.

II. 3 ) Travailler avec le soi à travers les mouvements de l’air liés à la respiration
1. a – faire l’expérience du touché de l’air sur la lèvre supérieure et à l’intérieur des narines
b – se laisser guider par le touché de l’air qui nous mène vers la perception basse de l’air

2. a – se servir des différentes aires du corps pour faire l’expérience du touché de l’air et des directions de son flux : bouche, glotte, chaque narine, l’aire olfactive, etc.
b – faire une expiration active suivie d’une inspiration passive menant à kapalabhati
c – faire une inspiration active suivie d’une expiration passive
d – travailler avec les mouvements respiratoires sans mouvements de l’air (agnisara, uddiyana)
3. a – explications sur l’importance de travailler avec les mouvements de l’air, stimulation des aires du cerveau en relation avec les différentes activités sensori-moteur.

II. 4) Travailler avec le soi à travers ses émotions, ses souvenirs, ses pensées et comportement
1. a – Dans la posture Shavasana, collectez les souvenirs, les émotions et les états d’esprit/sentiments liés à certaines parties du corps (chez soi, comme chez les autres) et s’en faire le témoin comme si on regardait un film, mais sans s’impliquer ni s’identifier avec ce qui émerge du subconscient.
b – comprendre la nécessité et l’importance de ré-éditer les dialogues du film alors que les images ne peuvent pas être refaite.
c – revenir au corps et à la conscience de la respiration, les corriger s’ils sont perturbés.

2. a – travailler avec ses pensées, décisions et exécutions à travers différents parties du corps.
b – Comprendre son comportement général au quotidien (négatif et positif) besoin de donner un sens à sa vie et à son combat pour la vie

II. 5) Concept de shanti à un niveau expérimentiel
Pratique : en shavasana ou en assise, de la récitation à l’expérience au niveau physique, respiratoire, mental et comportemental.

III. Portée et limites de la yoga thérapie
L’individu idéal pour la yoga thérapie est un être humain conscient de lui-même, désireux de surmonter et dépasser ses souffrances par des efforts personnels sans avoir à dépendre de personne ou de moyens extérieurs.
Cependant la plupart d’entre nous veut avant tout être traité par des traitements non allopathiques et c’est seulement à travers l’expérience qu’on décide de faire par soi-même.

Infections aigüe, malignité, causes accidentelles, brûlures, fractures, urgences ne peuvent être traitées par la yoga thérapie.
La Yoga thérapie est un type d’éducation, un programme de traitement qui a des limites comme tout système thérapeutique.
En bref, les troubles fonctionnels de nature psychosomatiques et les troubles du stress sont abordables par la yoga thérapie.

VI. Peut-on comprendre la yoga thérapie dans des termes adaptés à la culture occidentale
Oui, nous pouvons appeler cela psycho-physiothérapie PTT ou s’il n’y a pas d’objection psycho-spiritual-physio thérapie PSPT.

Pour l’article en anglais

A-ParterreJaune300